Turandot Ou le Congrès des blanchisseurs de Bertolt Brecht par la compagnie TOC
Par yves, samedi 27 septembre 2008 à 17:12 :: Compagnies:: #344:: rss


Intentions
Il y a huit ans nous montions notre premier spectacle, L’Exception et la règle. Depuis, la démarche didactique de Brecht est restée inscrite dans notre travail dans le rapport scène salle et dans le parti pris que nous avons de toujours montrer le théâtre en train de se faire, de rendre visible le processus de travail à l’intérieur de la représentation. Malgré notre intérêt pour les pièces didactiques et la période ‘expressionniste’ de Brecht, nous avons choisi cette pièce du vieux Brecht, plus proche par sa cruauté et son irrévérence de notre état d’esprit actuel. Turandot où le Congrès des blanchisseurs est la dernière pièce de Brecht, restée en partie inachevée : elle traite de la marchandisation de la pensée et des opinions, de la ‘vente des idées’. Dans Turandot, l’empereur convoque les Tuis lors d’un grand congrès afin qu’ils justifient auprès du peuple une brusque dévaluation du coton -dans une improbable Chine de comédie. Les ‘Tuis’, ce sont les Telleckt-Uel-In, les In-Tellect-Uels, les blanchisseurs d’opinions à la solde du pouvoir. Brecht s’interroge sur le phénomène de la langue de bois et sur l’inefficacité de la pensée intellectuelle dans une société capitaliste décomplexée. Le texte, dans son inachèvement, rend compte et témoigne d’un chaos théorique total. Pour nous, la question est à la fois comment hériter de cette interrogation et comment faire usage de cette forme théâtrale aujourd’hui ? La représentation se constitue comme une expérience dramaturgique collective, un théâtre-brouillon dans lequel on joue vite et mal. Huit comédiens jouent les soixante-dix-sept personnages dans un décor de cour de récréation. On s’interrompt, on biffe, on commente, on change d’avis, on reprend.



La compagnie
Le (Théâtre Obsessionnel Compulsif) est une compagnie constituée en association depuis 1999. Le TOC regroupe une dizaine d’artistes ayant tous suivis une formation dans le spectacle, qu’elle soit technique ou artistique. La diversité des parcours de ses membres donne à la compagnie une identité mixte, qui entraîne une approche collective de la pratique théâtrale : la dramaturgie et la pensée du spectacle y sont de la responsabilité de tous. Dans ses spectacles, le TOC considère l’écriture comme un processus, l’espace comme un dispositif, la dramaturgie comme une confrontation entre un texte-matériau et le présent de la représentation. La faculté de Nanterre a d’abord été son siège ; pendant ses années universitaires, la compagnie a créé des spectacles qui interrogeaient le rapport de la théorie à la pratique (l’Exception et la règle de Brecht), elle a monté du théâtre surréaliste (Le jet de sang d’Artaud, Entrée Libre de Vitrac), investi des espaces réels (galerie, bibliothèque, parvis, amphithéâtre) et développé une recherche sur l’esthétique de la conférence (Les tables tournantes de Victor Hugo, Les Mémoires d’un névropathe du Président Schreber, Cut-up de William S. Burroughs). Ces deux dernières années, le TOC a mené un chantier sur Burroughs, monté une conférence de Gertrude Stein : La composition comme explication, un texte inachevé de Kleist : Robert Guiscard et, plus récemment, Turandot de Brecht. Ces spectacles ont été présentés dans des théâtres, lors de festivals mais également dans des espaces non théâtraux. Notre démarche théâtrale se concentre et se décline autour d’une interrogation sur l’apport de la pensée sous sa forme théorique à la pratique théâtrale. Nous travaillons sur des pièces parfois inachevées ou fragmentaires, ainsi que sur des manifestes, des conférences, des témoignages autobiographiques... Que notre théâtre se fasse dans les salles de spectacles où en dehors, le rapport scène salle y est toujours une préoccupation constante. Nous élaborons dans chaque spectacle une ‘dramaturgie spatiale’ qui entraîne la constitution de l’espace en dispositif, dans lequel le public et le présent de la représentation entrent en contact direct avec le texte considéré comme matériau.



Compagnie de théâtre fondée en 1999. Nicolas Cartier, Laïs Foulc, Matthias Girbig, Camille Jamin, Estelle Lesage, Muriel Malguy, Emilie Paillard, Etienne Parc, Mirabelle Rousseau, Esther Silber